Parole d'expert

Réseaux IoT public ou privé

-

Vous voulez vous appuyer sur l’IoT pour répondre à vos enjeux business ? 

Suivez le guide…

 

Garantir la performance des installations, optimiser l’usage et le confort des bâtiments tout en améliorant l’organisation des services, autant d’enjeux qui peuvent être maîtrisés grâce à l’IoT !

Mais quel(s) réseau(x) choisir ? Bref, sur quels critères faire son choix…

 

Réseaux bas débit (Sigfox ou LoRa), utiliser ces réseaux pour remonter à intervalles réguliers ou sur événements l’état d’un appareil.

Quelques exemples d’applications : 

  • Metering (télérelève) : les compteurs (d’eau, de gaz ou d’électricité) sont des objets qui produisent des informations courtes et périodiques (la consommation). La télérelève de compteurs est donc un bon cas d’usage des technologies LPWAN.
  • Bâtiment : à l’instar du compteur, on peut étendre ce principe à tout le bâtiment et inclure d’autres éléments comme la surveillance du chauffage, de la température des pièces, du taux d’humidité, de la présence… : pour chacun de ces cas d’usages, ce sont des informations courtes qui sont envoyées vers une application ou un système d’information.
  • Agriculture connectée : surveillance des sols, stations météo, consommation d’eau pour l’irrigation …
  • Industrie : surveillance de défauts de machines, ouverture de portes, niveau de remplissage de cuves, chaîne du froid…
  • Smart City : gestion des déchets, éclairage, gestion des infrastructures collectives…
  • Transport : maintien de la chaîne du froid, ouverture de barrière, gestion de flotte…

 

Connaitre ses objectifs

Pour bien définir son projet IoT et s’assurer de sa performance, la priorité est de partir des attendus, et des enjeux auxquels le projet doit répondre.

Vous souhaitez réduire les coûts d’exploitation dans la gestion d’un parc de bâtiments tertiaires en intervenant au bon endroit, et au bon moment ? L’IoT vous permet en permanence d’avoir une visibilité sur l’état des équipements connectés à travers vos capteurs (chaufferie, compteurs, pièce d’habitation, ventilation …) et de pouvoir ainsi intervenir sur site lorsque cela est nécessaire.

Vous êtes prestataire de service et vendez une prestation de maintien en état des salles de réunion à un gestionnaire de bâtiment ?  L’IoT vous permet de connaître les variations de températures, d’humidité, de luminosité, d’être alerté en cas de dépassement de seuil afin de déclencher les services de maintenance et d’entretien nécessaires.

 

Définir les critères importants : densité, couverture réseau, sécurité…

La meilleure solution est celle qui prend en compte vos besoins, vos usages et l’environnement de votre projet, comme par exemple :

  • Qualité de couverture réseau
  • Répartition des capteurs (pays, région, ville, quartier, bâtiment ?),
  • Au sein d’un bâtiment, implantation en intérieur, extérieur ou sous-terrain,
  • Quantité de capteurs à déployer et fréquence de communication souhaitée,
  • Sécurité et durée de vie des capteurs,
  • Coût des abonnements…

Si la couverture réseau ne correspond pas en tout point à vos besoins, vous pouvez adopter des solutions d’extension de couverture proposées par les opérateurs IoT ou développer votre propre réseau privé.

 

Si nous prenons l’exemple de Citycare, société déployant plusieurs milliers de défibrillateurs connectés sur toute la France, avec un défibrillateur par bâtiment public, la solution la plus pertinente (compte tenu du caractère réparti des équipements) est de s’appuyer sur un réseau public offrant une couverture nationale.

 

 

A contrario, si nous considérons la gestion technique d’un CHU, depuis l’ouverture des trappes d’accès au toit jusqu’à la télérelève des compteurs situés dans le 3ème sous-sol de l’hôpital, l’installation d’un réseau privé devient plus adaptée compte tenu du nombre de capteurs déployés localement et des contraintes de répartition de ces capteurs (du « deep indoor » à l’outdoor).

 

Est-ce que les prochains réseaux vont venir bouleverser l’écosystème existant ?

« Nous voyons de la complémentarité plutôt que de la confrontation » affirme Frank Fischer, Directeur Général Délégué du groupe Adeunis. « Si nous prenons l’exemple du challenge Orange – Sncf qui visait à détecter une intrusion humaine ou animal dans un tunnel, grâce au LTE-M1 (aussi appelé Cellular IoT), nous avons pu proposer une solution intégrant du son et de l’image en temps réel et aider les opérateurs dans la levée de doute. En revanche, cette solution reste plus coûteuse et énergivore qu’une solution LoRa ou Sigfox, et n’est donc pas forcément adaptée à des besoins de remontées d’alertes ou d’information de changement d’état par exemple. »

 

23/04/2019